Bruce Weber, No Valet Parking

620 €

  • No Valet Parking - Inner page
  • No Valet Parking - Inner page - Models
  • No Valet Parking - Inner page - Paysage
  • No Valet Parking - Inner page - Paysage
  • No Valet Parking - INo Valet Parking - Inner page - City Scene
  • No Valet Parking - Inner page - model
  • No Valet Parking - Inner page - models
  • No Valet Parking - Inner page - Landscape

Ce livre relié de petit format accompagnait l’exposition de Bruce Weber à la Galleria Photology de Milan en 1994. Il présente des images prises tout au long de sa carrière, exclusivement dans les villes du Montana situées à proximité de son ranch dans le Big Sky Country. Dans l’essai qu’il a rédigé pour le livre, Bruce Weber saisit l’essence discrète du mode de vie cher à ses amis et voisins de l’Ouest, un mélange de mythe et de réalité, de riche tradition et d’évolution timide:

« Beaucoup de gens viennent dans le Montana pour devenir un cow-boy comme John Wayne. Je ne pourrais pas m’imaginer faire ça, parce que je ne monte pas à cheval, je ne chasse pas les animaux et je ne porte jamais de bottes de cow-boy. Mais ce n’est pas grave, parce que personne dans le Montana ne se soucie de ce à quoi vous ressemblez ou de ce que vous faites. Il y a une vieille histoire qui dit que Steve McQueen est venu une fois au Chico Inn dans le Montana avec Ali McGraw. Il était là pour rencontrer Sam Peckinpah et commencer à travailler sur « The Getaway ». Steve est entré dans le bar et a demandé une bière au barman, qui lui a répondu : « Bonjour, je m’appelle Jim, et vous ? ». Hésitant, il a répondu, « Steve McQueen. » Et le barman a dit, « D’où viens-tu, Steve ? »

Le Montana va à l’encontre des attentes, et c’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles il est devenu l’endroit que Nan, moi et nos quatre chiens sommes fiers d’appeler notre foyer.

…Notre voisin le plus proche est John Hoiland, un Norvégien qui, à soixante-dix ans, a vécu toute sa vie dans le Montana. Il y a deux hivers, il a construit son propre pont tout seul. Quand je l’ai rencontré pour la première fois, il était habillé tout en gris délavé. Je me suis approché de lui, oubliant que je n’étais pas à New York, et après m’être présenté, je lui ai dit que je le trouvais très beau et que je voulais le photographier. Il n’a pas ri et n’était pas gêné, mais a répondu sérieusement : « Je suis plutôtmoccupé maintenant, parce que c’est la saison des foins. » Après avoir bu une bière ensemble, il a fini par poser avec son accordéon préféré. J’ai fait une promenade avec lui et il m’a montré du doigt une falaise qui surplombait le monde. Il m’a dit que ses parents avaient été enterrés là parce qu’ils voulaient avoir une belle vue. »

Edité par Photology
Exemplaire neuf, sous blister – ce livre n’est plus edité

date de parution : 1994

92 pages
Relié 13,5 cm x 19 cm

Restez informé
de l'actualité
de la Fondation

INSCRIVEZ-VOUS

Vos données personnelles seront utilisées par la Fondation Azzedine Alaïa pour vous envoyer la newsletter, que vous avez expressément demandé à recevoir. La Fondation Azzedine Alaïa protège vos données. Pour plus d'informations, consultez notre Politique de confidentialité.