art design photographie

L’Art est venu en premier. Quand la mode me fatigue, avec les collections et les robes, je me tourne vers l’art et je m' apaise. Azzedine Alaïa

azzedine alaïa, rue de bellechasse, 1966 ph. Jean-pierre Ronzel

Sa première œuvre d’art majeure est une petite sculpture de tête copte, qu’il achète en 1963 dans un petit magasin. Il apprendra plus tard que cette statuette avait appartenu à la comtesse Greffulhe, qui inspira à Marcel Proust la figure de la Duchesse de Guermantes. Cette œuvre tel un talisman l’accompagnera toute sa vie.

Au cours de son existence  Azzedine Alaia a également collectionné des peintures, des objets d’art, des œuvres de son peintre favori, Christoph von Weyhe et d’amis artistes comme César ou Julian Schnabel.

Il nourrit aussi une grande affection pour le design et ornera toujours son environnement de vie et de travail de pièces décoratives, signées de designers renommés: Le Corbusier, Jean Royère, Marc Newson, Shiro Kuramata, Marius Sabino, Serge Mouille, Jean Prouvé, mais aussi d’amis artistes tels que César, Andrée Putman, Kris Ruhs, Pierre Paulin, Angelo Mangiarotti, Ettore Sottsass, Martin Szekely, les Bourellec et tant d’autres.

 

vue de l'exposition "Au Silence" de Christoph von Weyhe

Premier à collectionner Prouvé, sa passion l’a poussé à acheter au début des années 2000 une station-service dessinée par Jean Prouvé et dont il fit sa chambre.

Cette collection a vocation a être exposée dans les salles permanentes de la Fondation, à partir de 2022.

J’avais des  meubles de Jean Prouvé dans ma  chambre de bonne rue Byron, Simone Zehrfuss me les avait donnés. Son mari a travaillé avec Prouvé, et elle possédait beaucoup de meubles de lui. J'avais le lit une place, la table, un fauteuil, et même la bibliothèque dite « Tunisie » ! En partant, je les ai laissés en pensant que ce n'était que du bois.

azzedine alaïa, dans sa chambre-station Jean Prouvé, 2007 PH. floriane de lassée

Bien plus tard, au début des années 80, je vais me promener aux puces, où je ne mets jamais les pieds, je vois une table, et je crois que c'est la mienne! Et la bibliothèque aussi. Je me renseigne, c'était le galeriste Philippe Jousse, qui venait d'ouvrir. Je demande le prix à sa femme, et sa réponse me donne presque la migraine ! Je sors et je me dis : « Que Dieu me pardonne, quand je pense qu'avec mon innocence et ma bêtise j'ai cru que ces meubles ne valaient rien du tout ! » Alors je suis retourné dans la galerie, et ils m'ont fait un prix…

La photographie a toujours eu une grande importance pour Azzedine Alaïa, depuis sa jeunesse en Tunisie. Ami des plus grands photographes de notre époque, il a fait appel pour les images de son livre  Azzedine Alaïa à Helmut Newton, Peter Lindbergh, Paolo Roversi, Jean Baptiste Mondino, Bruce Weber, Ellen von Unwerth, Martine Barrat. Lié d’amitié fraternelle avec Gilles Bensimon et Jean Paul Goude, il a aussi travaillé et collectionné les œuvres de Horst, Sarah Moon, Irving Penn…

vue de l'exposition "Entre l'art et la mode", collection carla sozzani