La Fondation

Je souhaite créer une fondation qui soit dans ma maison, là où je vis dans le Marais pour abriter mes collections de l'histoire de la mode, d'art et de design en plus de mes propres archives. Azzedine Alaïa

Azzedine Alaïa ph. Snowdon / Trunk Archive

La vie d’Azzedine Alaïa a constamment été remplie par la mode, l’art, le design, l’architecture, la musique et le théâtre. Pendant cinquante ans, Monsieur Alaïa a été un collectionneur passionné par tous les domaines de la culture.

En 2007, il décide de protéger son œuvre et sa collection d’art en fondant l’Association Azzedine Alaïa, avec le peintre Christoph von Weyhe, et son amie depuis plus de quarante ans, l’éditrice et galeriste Carla Sozzani, afin que cette Association devienne la Fondation Azzedine Alaïa.

Le logo de la Fondation a été réalisé par Julian Schnabel. La Fondation se trouve à Paris au 18, rue de la Verrerie où Azzedine Alaïa a vécu et travaillé. Elle est logée dans un ensemble de bâtiments autour d’une cour intérieure, aménagée avec des plantes. Au fond de la cour, la grande galerie d’exposition avec verrière, et au premier étage, une deuxième salle d’exposition. Il y a aussi une librairie dédiée à la mode, à l’art, au design, et à la littérature, ainsi qu’un café en mémoire de la légendaire hospitalité de monsieur Alaïa.

La Fondation Azzedine Alaïa a été reconnue établissement d’utilité publique par décret du 28 février 2020. Voulue par Azzedine Alaïa de son vivant, les missions de la Fondation sont la conservation et la mise en valeur de l’œuvre d’Azzedine Alaïa, des œuvres collectionnées toute sa vie dans les domaines de l’art, de la mode et du design, l’organisation d’expositions et le soutien d’activités culturelles et éducatives.

En collaboration avec diverses institutions culturelles, la Fondation Azzedine Alaïa prend en charge le mécénat des programmes culturels de l’Association, lui permettant de continuer ses activités d’intérêt public et d’apporter aux projets qui lui sont chers le même soutien que pendant ces treize dernières années.

La Fondation expose le travail d’Azzedine Alaïa et les œuvres d’art et de mode de sa collection personnelle.

Les missions de la Fondation sont:

- protéger, conserver et  présenter le travail d’Azzedine Alaïa, et les nombreuses œuvres issues des disciplines de l’art, de la mode et du design qu’il a collectionnées au cours de sa vie.

- organiser des expositions et publier des ouvrages de référence.

-  soutenir des activités culturelles et éducatives.

La Fondation poursuit une mission éducative à travers des collaborations avec des écoles de mode et des institutions, la Fondation organise des conférences et des programmes de recherche dans la collection Alaïa, riche de plus de 35.000 pièces.

Elle attribue également des bourses à des jeunes talents visionnaires de la mode.

 

conseil d'administration & bureau

Azzedine Alaïa dans sa salle à manger ph. Suzanne Rault Balet/Getty Images/Sygma

LA GOUVERNANCE

Le Conseil d’administration est composé de personnalités qui ont côtoyé Azzedine Alaïa et d’institutions de renommée internationale qui jouent un rôle prépondérant dans le monde des arts et de la culture.

Les réunions du Conseil d’administration ont lieu dans l’ancienne salle à manger d’Azzedine Alaïa. Cette superbe pièce au sol de verre dépoli et coiffée d’une petite verrière, présente en son centre une grande table aux pieds de cristal, et est décorée de consoles lumineuses en verre et acier créées par Marius Sabino dans les années 30. Des chaises de Jean Prouvé agrémentent l’ensemble; tout ce mobilier décorait déjà la salle à manger du 17 rue du Parc Royal.
C’est dans cette salle située entre son studio et son appartement qu’Azzedine Alaïa a organisé dans les années 90 quelques dîners très intimes, avant d’aménager une grande cuisine au rez-de-chaussée en 2002. A compter de cette date il n’utilisera cette pièce que pour y entreposer ses collections et les œuvres d’art qu’il chérissait le plus.

 

BUREAU

PRÉSIDENTE

Carla Sozzani

CONSEILLERS

Fabrice Hergott

Serge Lasvignes

TRÉSORIER

Ugo Supino

DIRECTEUR

Olivier Saillard

 

CONSEIL D’ADMINISTRATION

COLLÈGE DES FONDATEURS

Comtesse Nicole de Blégiers

Victoire Newman

Carla Sozzani

Ugo Supino

COLLÈGE DES PERSONNALITÉS QUALIFIÉES

Jean-Louis Froment

Fabrice Hergott

Serge Lasvignes

Pierre Provoyeur

COLLÈGE DES PARTENAIRES INSTITUTIONNELS

Musée des Arts Décoratifs, Christine Macel

The Metropolitan Museum of Art, Andrew Bolton

COLLÈGE DE L’ASSOCIATION DES AMIS D’AZZEDINE ALAÏA

Anna Coliva

Giovanni Frau

COLLÈGE DES MÉCÈNES

Mécène partenaire : Richemont International SA, Anne Dellière

Mécène partenaire : Fondation Cartier pour l’Art Contemporain, Richard Lepeu

Mécène actif : Kris Ruhs

COMMISSAIRE DU GOUVERNEMENT

Nicole Klein

la salle du conseil, autrefois la salle à manger d'azzedine alaïa ph. sylvie delpech

rapports d'activités

Retrouvez ici les différents bilans d'activités de la Fondation Azzedine Alaïa.

Rapport annuel d'activités - Année 2022

Rapport annuel d'activités - Année 2021

Rapport annuel d'activités - Années 2018/2019/2020

Les amis d'azzedine Alaïa

Tous mes amis m'aident à rester en phase avec le temps. Azzedine Alaïa

logo association les amis d'azzedine alaïa

Je suis plus heureux de mes amis que de mon travail. J'ai encore beaucoup de chemin à faire dans mon travail. Mes amis, c'est la seule chose dont je sois sûr.

L’Association « LES AMIS D'AZZEDINE ALAÏA » entend transmettre aux générations futures l’esprit d’Azzedine Alaïa, sa vision du monde, ses valeurs, son respect du travail, son humanité.

L’Association « LES AMIS D'AZZEDINE ALAÏA » participe à l’objectif de la Fondation qui est de promouvoir l’œuvre et l’esprit du couturier et a pour objet, en France et à l’étranger de :

Soutenir la Fondation en l’accompagnant dans la mise en œuvre de sa politique générale et en l’aidant à poursuivre ses actions, en particulier à défendre et faciliter la transmission des valeurs et du savoir-faire d’Azzedine Alaïa aux jeunes talents dans les domaines de la mode, de la couture et des arts mineurs et majeurs.

Fédérer les admirateurs de l’œuvre et du parcours d’Azzedine Alaïa autour d’évènements, notamment au sein de son lieu de vie et de travail au 18 Rue de la Verrerie, pour favoriser les rencontres autour de la mode, de la création, de la culture.

Organiser en accord avec la Fondation, des manifestations culturelles ou éducatives et autres évènements autour de l’œuvre d’Azzedine Alaïa, ainsi que des dîners dans l’esprit de ceux donnés par Azzedine Alaïa de son vivant, dans sa cuisine.

Collecter des fonds pour aider la Fondation à accomplir ses différentes missions.

Représentée et dirigée par son Président, l’Association accueille en son sein « LE CERCLE DES AMIS », plusieurs Cercles, sur des thématiques spécifiques ayant pour objectif de favoriser le rayonnement du monde d’Azzedine Alaïa.

FONDATEURS DE L'ASSOCIATION
Giovanni Frau
Philippe Ginestié
Olivier Saillard

PRÉSIDENTE
Anna Coliva

VICE-PRÉSIDENT
Philippe Ginestié

CONSEIL DE L'ASSOCIATION
Giovanni Frau
Philippe Ginestié

CERCLES
Farida Khelfa, présidente du Cercle des Métiers de la Mode
Diana Picasso, présidente du Cercle de l’Art et de la Mode
Stephanie Seymour, présidente du Cercle de l’Art et du Design
Linda Spierings, présidente du Cercle des Ateliers d’Enfants
Miren Arzalluz, présidente du Cercle du Patrimoine de la Mode
Gilles Bensimon, président du Cercle International des Amis d'Azzedine Alaïa

MEMBRES « LES AMIS D'AZZEDINE ALAÏA »
L’Association regroupe, sur une base personnelle, des personnes physiques qui veulent contribuer à promouvoir la culture d’Azzedine Alaïa.
Les membres sont tenus au versement d’une cotisation périodique.

Les Amis bénéficient d'avantages selon leur catégorie d'adhésion : invitations aux vernissages, conférences et événements organisés par la librairie, visites privées, laissez-passer pour les expositions, et réductions sur les produits de la librairie.

CERCLE DES MÉTIERS DE LA MODE, dédié à la découverte et à la promotion de nouveaux talents. Organes vitaux pour la transmission des métiers et du savoir-faire de mode, ces lycées, souvent sous-estimés par les grandes écoles de styles sont tout au contraire évalués à leur juste valeur par la Fondation qui entend restituer la grande dignité de leur formation. Par son soutien la Fondation entend favoriser l’apprentissage et la connaissance des techniques de coupes que le fondateur incarnait si haut. En identifiant et en gratifiant chaque année un ou plusieurs étudiants de coupe issus de ces lycées situés partout en France et à l’étranger, la Fondation fait le choix également de récompenser des élèves dont le statut social ou géographique n’a pas toujours été favorisé. Sous le patronage de Farida Khelfa, muse et mannequin égérie, amie proche d’Azzedine Alaïa et présidente du Cercle des Métiers de mode de l’Association des Amis d’Azzedine Alaïa, un prix, une résidence (bourse) est offerte au plus brillant de ses élèves identifiés en ces termes et dont la Fondation contribue à construire l’avenir certain.

LE CERCLE DE L’ART ET DE LA MODE, sous la présidence de Diana Picasso, co-fondatrice et directrice artistique de la marque de bijoux Menē 24k, est appelé à renforcer les liens entre la mode et l’art avec l’ambition de souligner les relations historiques entre la mode et l’art dans l’esprit des expositions que Azzedine Alaïa avait faites au Musée d’Art Moderne de Paris, à Villa Borghese à Rome, à Groninger, à Guggenheim Downtown ou Palazzo Corsini à Florence, au CAPC de Bordeaux.

LE CERCLE DE L’ART ET DU DESIGN est dédié à la conservation et à la mise en valeur des oeuvres de design et d’art contemporain léguées à la Fondation par Azzedine Alaïa. Présidé par Stéphanie Seymour, mannequin star, actrice, collectionneuse d’art et de design, proche d’Azzedine Alaïa qui l’a découverte quand elle avait 14 ans, elle a partagé avec lui la passion de collectionner.

CERCLE DES ATELIERS D’ENFANTS, des ateliers d’enfants autour des pratiques de la sculpture et de la couture sont proposés à un jeune public d’école élémentaire et de collège. Sur inscription, de petits groupes seront initiés à un travail ludique et créatif autour de la mode. Linda Spierings, philanthrope et mannequin iconique d’Azzedine Alaïa, Présidente du Cercle des  Ateliers d’Enfants de l’Association des Amis d’Azzedine Alaïa a un premier projet de faire un livre illustré par les enfants sur la vie du couturier.

CERCLE DU PATRIMOINE DE LA MODE, dédié à la conservation de la collection historique. Le Palais Galliera a réalisé en 2013 la première rétrospective à Paris consacrée à Azzedine Alaïa. Miren Arzalluz, son actuelle directrice est présidente du Cercle du Patrimoine de la Mode de l’Association des Amis d’Azzedine Alaïa. Ce cercle vise à mettre en relation et en réseau tous les acteurs liés au patrimoine de la mode, directeurs, conservateurs, commissaires qui souhaiteront échanger sur les problématiques d’expositions de mode et pourquoi pas, à l’occasion de workshop former de jeunes talents aux métiers de présentations des vêtements. Le Cercle favorisera également la naissance de mémoires universitaires et de thèses sur les sujets liés à l’histoire de la mode, à la conservation et à la restauration. Le Cercle du Patrimoine décernera un prix à l’étudiant en histoire de la mode ou en commissariat d’exposition pour les recherches qui auront été identifiées et qui sont de manière à faire évoluer la discipline.

Téléchargez le bulletin d'adhésion:

https://fondationazzedinealaia.org/wp-content/uploads/2021/05/dépliant_Les-Amis-dAzzedine-Alaïa.pdf

sacs en toile © association des amis d'azzedine alaïa

nous rejoindre

azzedine alaïa photographié par gilles bensimon

En devenant amis de la Fondation Azzedine Alaïa, vous participez à l’enrichissement et au rayonnement d’une collection unique d’objets d’art, de design et de mode constituée par le couturier tout au long de sa vie.

18 rue de la verrerie

Quand j'ai visité ici, j'ai aimé ce côté industriel, j'ai foncé. Il y aura tout dedans, c'est  une très grande surface mais ça va être occupé tout, tout. Azzedine Alaïa

azzedine alaïa ph. Gilles Decamps, 1989

En 1987, Azzedine Alaïa fait l’acquisition d’un îlot de bâtiments dans le quartier du Marais à Paris.

L’ensemble est constitué de vastes espaces qui vont de la rue de la Verrerie à la rue de Moussy. Dans ce qui fut jadis l’hôtel des évêques de Beauvais devenu au XIXe siècle un atelier industriel puis des entrepôts du Bazar de l’Hôtel de Ville, Azzedine Alaïa fera son lieu de travail et de vie.

La nouvelle acquisition immobilière d'Azzedine Alaïa. Jean Rouzot pour « Bains de minuit » © INA

Au cours de ces travaux sont mises au jour de grandes cartes géographiques de régions lointaines peintes à même le plâtre de la salle sous verrière édifiée selon les plans de l’architecte Harouard, vestiges d’une époque où le bâtiment accueillait à la fin du XIXe siècle une pension alimentaire. Cette pension était une œuvre sociale de Xavier-François Ruel, fondateur du grand magasin Bazar de l’Hôtel de Ville (1854) destinée à distribuer des repas aux familles les plus pauvres pour une somme modique.

  • pension alimentaire fondée par Mr. Ruelle, rue de la verrerie. ferdinandus alexandre (F.Avenet,dit), dessinateur 1888 CC0 paris musées/Musée carnavalet

  • pension alimentaire fondée par Mr. Ruelle, rue de la verrerie, paru dans L'illustration, magazine hebdomadaire français en 1877

  • pension alimentaire fondée par Mr. Ruelle, rue de la verrerie, paru dans L’univers Illustré en 1877

  • Les prix des consommations peints sur le plâtre de la salle sous verrière

Conduit par son infatigable curiosité, Azzedine Alaïa découvre aussi que Jeanne-Antoinette Poisson, qui deviendra la Marquise de Pompadour, favorite de Louis XV, avait reçu dans ces lieux la base de son éducation sociale et de ce que l’on appelait alors les arts d’agrément. Cet apprentissage permettra à la jeune femme d’entrer à la cour, bien qu’elle ne soit pas issue de l’aristocratie, pour y exercer grâce à son éducation et à sa beauté, une influence sans comparaison dans l’histoire des arts. La Marquise de Pompadour était pour Azzedine Alaïa une des grandes figures de l’histoire, la beauté d’une élégance assumée, la femme moderne. Toute sa vie, il fut fasciné par ce destin hors du commun d’une femme aux origines modestes. Elle était pour lui un incessant sujet d’inspiration et d’admiration.

La rénovation de l’immeuble durera plus de cinq ans.

  • naomi campbell dans la verrière ph. Arthur Elgort

  • carte géographique peinte sur le plâtre de la salle sous verrière. ph. sylvie delpech

  • carte géographique peinte sur le plâtre de la salle sous verrière. ph. sylvie delpech

  • carte géographique peinte sur le plâtre de la salle sous verrière. ph. sylvie delpech

  • carte géographique peinte sur le plâtre de la salle sous verrière. ph. sylvie delpech

En 1991, Azzedine Alaïa quitte son hôtel particulier de la rue du Parc Royal et s’installe au 18 rue de la Verrerie.

L’ensemble architectural abrite l’appartement et le studio de création d’Azzedine Alaïa, les ateliers, la boutique au 7 rue de Moussy, et « la cuisine » le lieu de tant d’échanges et de rencontres.

La collection printemps-été 1992 est la première qu’il conçoit dans ses nouveaux espaces. Elle est faite de références à la Marquise de Pompadour et à la Cour de Versailles, c’est aussi l’une des plus importantes et emblématiques du couturier.

Ses défilés, qui ne suivent pas le calendrier des semaines officielles de la mode, ont lieu sous la verrière.

Dans cette même salle, Azzedine Alaïa accueille aussi des expositions qui célèbrent les artistes qu’il admire : Paul Poiret, Shiro Kuramata, Pierre Paulin, Elsa Schiaparelli, Andrea Branzi, Ettore Sottsass, Bettina Graziani, Kris Ruhs, Jean Nouvel et Claude Parent, Pierre Guyotat, Alejandro Jodorowsky, Richard Wentworth.

Le 18 rue de la Verrerie rend aussi hommage aux artistes et designers en exposant certaines de leurs œuvres de façon permanente. On peut ainsi admirer le Sein de César qui trône dans la cour, et des meubles signés Le Corbusier, Jean Prouvé, Jean Royère, Serge Mouille, Harry Bertoia, Gino Sarfatti qui se côtoient dans la librairie et la cuisine. Les luminaires de Marc Newson ornent le plafond du futur musée et l’artiste Julian Schnabel veille avec ses peintures et ses portraits d’Azzedine Alaïa dans l’immeuble, en signe de leur forte amitié.

 

azzedine alaïa © jeaan-pierre couderc/roger-viollet

Dar Alaïa

Il n'y a rien de plus beau et noble que de rester immobile et regarder le ciel. Azzedine Alaïa

Azzedine Alaïa © fondation azzedine alaïa

Perché sur une colline de pins et d’eucalyptus, Sidi Bou Saïd, petit village de maisons blanches aux portes et jalousies bleues, surplombe la cité antique de Carthage et domine la Méditerranée. C’est au sommet de cette colline qu’Azzedine Alaïa fait construire sa maison en 1986 et vient retrouver ses racines.

Il connaît bien Sidi Bou Saïd, s'y rend à chacun de ses séjours tunisois, et séjourne chez ses amis Latifa – rencontrée dans les années 50 à l’école des beaux-arts de Tunis – et Jalel Ben Abdallah son époux, le grand peintre tunisien.

  • Dar Alaïa, sidi bou saïd ph. Sylvie Delpech

  • Dar Alaïa, sidi bou saïd ph. Sylvie Delpech

  • azzedine alaïa © fondation azzedine alaïa

Alaïa retrouve à Sidi Bou Saïd la Tunisie chère à son cœur, celle qui a nourri certaines de ses collections d’une note méditerranéenne : les lignes rappellent les colonnes antiques de Carthage et l’architecture mauresque, les motifs s’inspirent des arabesques, calligraphie arabe et moucharabiés, les robes-chemises sont un clin d’œil à l’habit tunisien et les chemises blanches peut-être à la tenue des sœurs de Notre-Dame-de-Sion qu’il croisait dans son enfance à Tunis.

azzedine alaïa © fondation azzedine alaïa

« Azzedine avait remarqué, jouxtant la propriété de nos amis Latifa et Jalel, un terrain abandonné avec une petite bâtisse en ruine, surplombant la mer, où un paysan laissait son âne paître. Il l’a acheté pour y faire construire sa maison. Or, le village Sidi Bou Saïd était rattaché au site de Carthage, récemment classé au patrimoine mondial de l’UNESCO (1979). Ce classement rendait tout nouveau projet de construction très difficile… Les plans de la maison dessinés par Jalel Ben Abdallah, déjà reconnu comme un des plus grands peintres tunisiens contemporains, ont convaincu tout le monde. » 

La maison dessinée par Jalel Ben Abdallah épouse l’architecture arabo-andalouse du village : une construction cubique dotée d’un petit dôme en toiture, des murs recouverts de chaux, des fenêtres moucharabiés et des persiennes tantôt blanches tantôt bleues, des balcons et une terrasse ornés de balustrades fines en fer forgé, des portes en bois encadrées d’arches en forme de fer à cheval.

  • plan de Dar Alaïa signé par Jalel Ben Abdallah © fondation azzedine alaïa

  • plan de Dar Alaïa par Jalel Ben Abdallah © fondation azzedine alaïa

Un jardin intérieur, à l’abri des regards, adoucit cette austérité toute en blancheur par une végétation luxuriante aux couleurs vives : bougainvilliers flamboyants, fleurs de jasmin, cyprès, palmiers-dattiers et pins s’élèvent au-dessus des toits plats.

Pendant des années, il n'y est allé que très rarement, et il habitait toujours chez Latifa.
La décoration intérieure est très épurée, Azzedine Alaïa n’a jamais eu le temps de la meubler.

Depuis sa disparition, la Fondation Azzedine Alaïa a nommé la Maison « Dar Alaïa » et elle y organise des expositions pour célébrer la mémoire du couturier.

En 2018 « Azzedine Alaïa, la Méditerranée », est une exposition en hommage au couturier inspirée de ses origines tunisiennes à travers une sélection de douze robes extraites de la collection printemps-été 1992. En 2019, la Fondation a présenté la projection du film « Looking for Oum Kulthum » de l’artiste iranienne Shirin Neshat. Azzedine Alaïa était un grand admirateur de la chanteuse et actrice égyptienne Oum Kulthum qu’il avait découverte quand il était enfant, au cinéma Ciné Soir de Tunis.

Au même moment, Dar Alaïa accueillait une exposition, « Black Dresses », qui mettait en scène des robes noires de jeunes créateurs tunisiens en regard de la robe couture qu’Azzedine Alaïa avait faite pour Latifa.

 

Dar Alaïa, sidi bou saïd ph. Sylvie Delpech

Dans certains lieux, il n'y a pas de vraie mesure du temps, mais seulement le jour et la nuit.

Dar Alaïa, sidi bou saïd ph. Sylvie Delpech

Le monde de Leila menchari

leila menchari et azzedine alaïa, rue de Bellechasse ph. jean-pierre Ronzel

« Je n'ai jamais eu le sentiment d'avoir un jour rencontré Azzedine, tellement il me paraît faire partie de ma vie depuis toujours. Ma mère avait très tôt remarqué son talent. » Leïla Menchari

Les parcours de vie de Leila Menchari et d’Azzedine Alaïa sont intimement liés, soudés par une relation amicale et affectueuse qui démarre très tôt dans la vie du couturier et qui ne s’est jamais interrompue.

Lorsque le jeune Azzedine Alaïa est encore étudiant à l’école des Beaux-Arts de Tunis, la mère de Leila Menchari en personne, témoigne envers lui d’une bienveillance qui le conforte dans l’idée de se lancer à Paris.

Leila, quant à elle, jeune diplômée des Beaux-Arts est sur le point de gagner également la capitale française pour y devenir consécutivement modèle, illustratrice, artiste, jusqu’à devenir l’auteure célèbre des plus belles vitrines de la maison Hermès.

Ensemble, Leila et Azzedine s’installent à Paris et partagent créativement une communauté d’esprit forte. Ils ont à cœur de s’ouvrir ensemble aux réseaux mondains et artistiques qui se présentent opportunément à eux.

Plus qu’à son tour, Leila Menchari, par aisance sociale, aura su accompagner, soutenir et encourager le couturier en devenir Azzedine Alaïa, y compris dans les moments les plus vulnérables et fragiles de sa Maison. Leila aura su agir avec constance dans l’équilibre artistique du couturier. Elle est de tous les événements importants de la vie d’Alaïa, amie de toujours, dotée d’une personnalité forte qui a su ouvrir Alaïa lui-même à d’autres perspectives artistiques, Leila était aussi ce personnage témoin et néanmoins acteur de l’ambition du couturier.

leila menchari et azzedine alaïa ph. jean-pierre Ronzel

La mère de mon amie d'enfance Leila Menchari connaissait une cliente de Dior, et lui a demandé de m'aider à y entrer. Azzedine Alaïa

« Comment un jeune garçon aussi timide, issu du quartier le plus populaire, fréquenté ni par la gent européenne, ni par la bourgeoisie locale, a-t-il pu accéder, en habillant les poupées de sa sœur Hafida, à ce que l'on appelait "le grand monde" ? » Leila Menchari

 
« Avec son meilleur ami, son âme sœur, le si regretté Azzedine Alaïa, nous avions l’habitude de nous retrouver. Chaque rencontre avec Leila et Azzedine était un voyage unique et inoubliable au pays du raffinement et de la beauté. » Jack Lang, ancien Ministre de la Culture, Président de l’Institut du Monde Arabe, extrait de son hommage à Leila Menchari, le 6 avril 2020.

leila menchari et azzedine alaïa, rue de Bellechasse ph. jean-pierre Ronzel

Unis par une amitié indéfectible, Leila et Azzedine avaient à cœur de défendre et promouvoir des intérêts partagés parmi lesquels:

• L’identification, la promotion et le soutien des différentes formes d’artisanat et de savoir-faire tunisien et plus généralement méditerranéen ;
• L’émancipation et la défense des causes féminines en Tunisie et en méditerranée ;
• L’accompagnement et le soutien des jeunes talents et créateurs de mode tunisienne qui s’étendra plus tard à tout le continent africain.

Le Fonds de dotation « Le Monde de Leila Menchari », et la Fondation Azzedine Alaïa vont à la rencontre d’objectifs communs. Souhaité par Leila Menchari ce fonds est présidé par Philippe Ginestié et supporté par Madame Aïcha Ben Abeb qui a entretenu pendant 30 ans des liens de grande amitié et une complicité intellectuelle importante avec Leila Menchari et a partagé avec elle des valeurs de femmes tunisiennes investies dans le monde de l’art. Toutes deux croyaient à l’importance de la représentation des femmes tunisiennes dans le monde artistique.
Le fonds s’occupera de participer à la valorisation de l’art et des artisans tunisiens, favoriser la promotion et le statut de la femme en Tunisie et d’y entreprendre des opérations caritatives pouvant avoir trait notamment dans les secteurs de la santé et l’éducation.

Les objectifs du fonds de dotation “Le Monde de Leila Menchari” sont :

- Transmettre la mémoire de la vie, de l’œuvre et du style de Leila Menchari ;

- Transmettre la mémoire de la réussite en France de deux immigrés tunisiens, Leila Menchari et Azzedine Alaïa et mettre l’accent sur la similitude de leurs démarches et destins respectifs ;

- Entreprendre des actions favorisant la connaissance de l’œuvre et des valeurs de Leila Menchari en lien avec celles d’Azzedine Alaïa ;

- Participer à la valorisation de l’art et des artisans tunisiens, en créant un prix annuel qui récompensera des femmes tunisiennes qui produisent des objets d’artisanat ;

- Favoriser la promotion et le statut de la femme en Tunisie;

- Entreprendre des actions caritatives en Tunisie pouvant avoir trait notamment à la santé et à l’éducation.

 

FONDATEURS

AÏCHA BEN ABED
FONDATION AZZEDINE ALAÏA
PHILIPPE GINESTIÉ

PRÉSIDENT
Philippe Ginestié

CONSEIL
AÏCHA BEN ABED
FONDATION AZZEDINE ALAÏA
PHILIPPE GINESTIÉ
UGO SUPINO